Ca « voh » le détour!

22 mars 2010 at 6 h 14 min (03-Mars 2010)

Bien inspirée pour son slogan ! et surtout rendue célèbre par Yann Arthus Bertrand, Voh est la troisième commune de la zone. Next civilisation 60 km plus loin !

Voh présente une mangrove qui vue du ciel est en forme de cœur.

Un sentier balisé (un des  seuls de Nouvelle Calédonie !) permet de grimper un peu et de tenter de l’apercevoir. Il faut y croire et laisser vagabonder son esprit  !

En fait la mangrove gagne du terrain et il disparait peu à peu. La Nouvelle Calédonie n’a pas encore fait beaucoup d’efforts pour le tourisme et n’entretient donc pas cette trouvaille…

Voilà ce que l’on est sensé voir :

Je crois qu’un petit tour à l’aérodrome s’imposera !

Mais la vue sur le lagon vaut le détour et les papillons qui sortent de partout aussi.

A voh il y avait aussi une animation pour la journée de la femme. Cette journée résonne de manière importante ici car les violences conjugales sont plus que fréquentes, c’est même ordinaire.

un coiffeur s’était déplacé (eh oui il n’y a pas de salon de coiffure en Province Nord, il faut guetté les « permanences » !)…

et il y a même eu un défilé de mode. Du plus classique (la robe mission) au new age…

…le public était attentif

Et pour finir la robe de mariée !

Je n’ai pas encore de belle robe d’ici mais j’ai trouvé mon carrosse…pas très durable, mais nécessaire pour les pistes et c’est un peu plus sûr au vu des énormes 4×4 qui roulent ici et du triste record du monde des morts sur les routes !! je ne cherche pas plus de justifications, je me suis fait plaisir…

Publicités

Permalien 2 commentaires

Grand plateau de Tia

15 mars 2010 at 5 h 37 min (03-Mars 2010)

Pour bien commencer le week end, réveil à 5h30! Mais le soleil est déjà levé donc c’est plus facile. Sortie de Pouembout, direction le plateau de Tia et début de la marche.

Ciel couvert, on ne peut pas rêver mieux ! 26°c c’est déjà dur à supporter! Un peu de sous bois…

La plaine de Pouembout…chercher la « ville »

Un peu de grimpette…c’est dur oui mais c’est beau oui on est presque arrivées!

Jolie vue sur le lagon

Pleins de message au sommet mais celui là était le plus gros ! Freddy méfie toi, Émilie a un admirateur au bout du monde!

Après l’effort le réconfort, passage au marché pour acheter deux brochettes et direction la plage! C’est l’heure de la sieste.

Permalien 2 commentaires

Derrière les cocotiers, le chantier !

11 mars 2010 at 19 h 51 min (03-Mars 2010)

Me voilà heureuse locataire du logement n°5 de la SCI ! Heureuse locataire pour une durée de 1 an sachant qu’avec deux mois de préavis, le propriétaire peut mettre fin au contrat à tout moment ! eh oui ! nous sommes en France mais une partie seulement du droit est commune…

Un bail un peu précaire certes mais un bail ! Et dans la situation de la zone VKP aujourd’hui c’est un trésor ! VKP signifie Voh-Koné-Pouembout les 3 « grandes communes » autour du lycée et c’est la zone de développement de l’usine du Nord. Elle exploitera le nickel et a pour but un équilibre entre province Nord et province Sud. En gros c’est ça (dessin tiré du « chien bleu » journal satirique calédonien)….

C’est un immense complexe qui est entrain de sortir de terre. Ouvriers mélanésiens, philippins sont arrivés par milliers et logés dans des baraquements de fortune sur le site de l’usine. Une dérogation a été accordée pour autoriser le travail 70h par semaine (sic ! vive l’avancée sociale !)…la misère est surement moins pénible au soleil selon certains…

Mieux lotis sont les cadres qui arrivent du Japon, du canada…une vraie base vie avec karaoké, restaurant …a été créé .

On aura le droit à une visite nous a-t-on dit.

Cette usine a donc charrier un grand nombre de personnes mais les infrastructures n’ont pas suivies. Il y a aujourd’hui une bulle spéculative énorme sur l’immobilier…

Un F4 => 200 000 fcp soit 1800 euros environ…oulala même avec un salaire indexé c’est dur dur ! Sachant que pour être sûr de loger ses cadres (qui vont arriver ) la société loue toutes les maisons disponibles et y met le paquet en proposant  450 000 cfp sans même l’avoir vu…et certains agents ont 300 000 fcp juste pour le loyer.

Dans cette cour là nous ne pouvons pas rivaliser. Certains agents de l’éducation nationale pense même à rentrer, ils n’ont pas de logement et leur famille doit arriver…

Tout est bon à louer alors certains n’hésitent pas à construire des chalets dans leur jardin ou à proposer de réels taudis. Sinon il faut aller à 1 heure de route, c’est loin mais c’est paradisiaque.

Avec mon F2 plutôt grand, tout propre (peintures refaites !)et la clim’ c’est royal. Sachant qu’il est à deux pas du lycée. A 90 000 cfp le proprio fait presque du social !

Il est encore tout vide, mes affaires voguent par delà les océans sur l’Utrillo dont l’arrivée est prévu à Nouméa le 08 avril.

Je n’ai donc pas à me plaindre. Et puis cette aventure ici c’est un bonheur à durée déterminée, donc prenons la vie du bon côté (comédie comédie !), si dans deux mois je suis à la rue, je trouverais bien deux cocotiers pour m’héberger…

Permalien 2 commentaires

Santa barba….non non santa gertrudis

4 mars 2010 at 6 h 24 min (03-Mars 2010)

Ici c’est la brousse alors en  benne tout le monde, Steeven a attelé le tracteur pour nous faire visiter l’exploitation…

Steeven c’est le stockmen du lycée, le julien calédonien en fait…et l’exploitation c’est la station, ranchs inspirés du modèle australien. Ici tout ce qui est australien est bien !

Et c’est quoi un ranch?? c’est d’abord de grandes parcelles…

Au loin en blanc c’est le lycée.

et le ranch c’est encore et toujours de grandes parcelles…

180 hectares de pâturages…et quelques 120 bétails (c’est le terme consacré!)

Des plus petits, en engraissement au stockyard (pas cher le bâtiment) …

…au troupeau dans les « verts » pâturages. Admirez l’élégance :

Le lycée possède un troupeau sélectionneur de Santa Gertrudis, croisée Brahman * shorthorn (pour les spécialistes). Mise à la repro à un an et demi (si si véritable!)

Encore pour les initiés, chantier ensilage de drêche de brasserie, 15 min top chrono…y en a que ça ferait rêver…

Sur l’exploitation, il y a aussi un atelier de production de miel et de plantes pour forêt sèche. Il faut produire des plantes pour refaire une beauté aux massifs dévastés par l’exploitation de nickel…bientôt les photos

Les principales questions que se posent l’exploitation : comment éviter l’entrée de bétail et de chevaux en divagation (bientôt création d’une fourrière à vaches sur la commune!!) et comment ne pas se faire braconner…

Mais je n’ai pas encore rencontrer le lonesome cow boy…

Permalien Un commentaire